La recette – Préparatifs de mariage, le maquillage

L’étape des préparatifs est une étape relativement facile à aborder pour un photographe de mariage – mais de notre côté, nous ne pouvons nous arrêter aux traditionnelles images de maquillage très « glam« , nous y cherchons toujours un supplément d’âme

 

Nous sommes de grands adeptes de ces moments qui précèdent le mariage à proprement parlé. En effet, la coiffure, le maquillage, l’habillage et la découverte des futurs époux constituent des étapes que nous aimons photographier. Elles sont la transition entre un moment de calme apparent et le débordement des émotions. Ces moments, souvent passés en famille ou entre ami(e)s, sont bien souvent emplis de complicité et de tendresse.

Nous, photographes, pouvons y faire des images fortes de partage et de contact entre les protagonistes – et non pas seulement les photos classiques de brosse dans les cheveux ou de bâton de rouge sur les lèvres.

Mais ces moments sont aussi l’occasion pour nous de faire plus ample connaissance avec les mariés et leur famille, de nous faire « adopter » et de rentrer ainsi doucement et tout naturellement dans le paysage de leur journée – et ainsi, petit à petit, nous faire oublier en devenant des « proches ». La paradoxe de la proximité en photographie

L’idée

La photographie mise à la une de cet article à été prise lors des préparatifs du mariage de Cécile & Alexandre aux alentours de Pau. Un maquillage dure en général 15 à 20 minutes où les personnes sont très peu mobiles. Cela laisse le temps de rechercher des angles originaux, différents.

Ici j’avais repéré le contre-jour évident dès mon entrée dans la pièce, la mariée s’installant de profil par rapport à la fenêtre. Mais en début de séance, la présence d’amies et de membres de la famille m’a offert la possibilité de prendre des images forte en complicité.

Lorsque ces personnes se sont éclipsées, j’ai pu me consacrer quelques secondes au contre-jour repéré en entrant.

Il y a deux façons de gérer un contre-jour :

– faire entrer suffisamment de lumière (« exposer pour les basses lumières« ) pour distinguer les détails du sujet devant un fond qui est alors très surexposé.

– « exposer pour les hautes lumières » et détacher ainsi une silhouette noire sous un fond lumineux.

Voulant mettre en avant les gestes de la maquilleuse par rapport à l’immobilité de la future mariée, j’ai choisi la seconde solution, plus graphique.

La prise de vue

Je choisi d’utiliser le 85mm pour deux raisons :

cadrer serré pour n’obtenir que les silhouettes des visages (les corps n’étant pas devant la fenêtre, ils ne se seraient pas détachés comme les profils)

– avoir une profondeur de champs minimale pour éviter que le fond ne soit trop présent. La profondeur de champs se gère avec deux paramètres, la longueur focale (plus elle est importante moins il y a de profondeur de champs) et le diaphragme (plus il est ouvert moins il y a de profondeur de champs).

Je mesure la lumière sur le fond : en mode mesure spot je vise le volet de la maison en face et mémorise l’exposition mesurée par l’appareil. Je contraint l’appareil à garder une ouverture de f2.2 pour un minimum de profondeur de champs, il en déduit une vitesse d’obturation adéquate : 1/3200sec. Puis je recadre et fait le point sur l’un des visages au premier plan. En contre-jour, même les meilleurs appareils ont du mal à faire la mise au point sur les sujets du premier plan, c’est pourquoi il faut placer son collimateur de mise au point sur une arête du visage (le nez par exemple) qui se détache devant le fond.

Je réalise plusieurs clichés pour avoir le choix en post-production.

La planche contact

Voici les photos réalisées.

planche contact maquillage de mariage

Je conserve la photo grisée parce que j’aime particulièrement le geste suspendu de la maquilleuse. Ce mouvement figé met en exergue, par contraste, l’attente, le calme, la concentration de la mariée.

La post-production

Silhouette de maquillage durant un mariage

Tout d’abord un recadrage 16/9e comme à l’accoutumée…

Je savais dès la prise de vue que je souhaitais convertir cette image en Noir & Blanc. D’une part pour renforcer l’effet « silhouette« , mais également et surtout pour atténuer la présence du volet rouge en arrière-plan qui aurait attiré l’œil dans une version couleur. La conversion en Noir & Blanc s’est faite en prenant garde à ce que le volet rouge devienne d’un gris clair discret, plutôt qu’un gris trop foncé qui aurait lui aussi attiré l’attention.

Et c’est tout pour cette fois-ci, revoici la photo livrée aux clients.

Silhouette de maquillage durant un mariage

D’autres images de ce moment là.

regards tendres et complices vers la mariée séance de maquillage de la mariée Petite fille regardant la mariée Mariée se regardant dans le miroir

A très vite pour une nouvelle recette, et n’hésitez pas à commenter et à partager !




Facebook       Google+


Gardères & Dohmen sont classés 37ème International et 2ème France par L'International Society of Professional Wedding Photographers en 2017.
Gardères & Dohmen are in the ISPWP TOP 100 Wedding Photographers 2017


Regard d'Auteur SIGMA ISPWP Fearless WPJA
Mentions Légales