La recette – Avoir un oeil partout pendant un mariage (ou l’utilité d’être deux photographes)

Une recette un peu particulière aujourd’hui, nous n’aborderons pas les aspects techniques mais le positionnement, l’angle de vue… Avec un petit atout dans la manche…

Cette recette m’est venue par hasard… En parcourant nos images j’ai  remarqué ces deux là, prisent au même moment (à 55 secondes d’intervalle pour être exact) à quelques kilomètres de distance.

 Le marié se prépare

14h 33min 09sec.

Canon EOS 5D MarkIII – sigma 35mm 1.4 à 2 – 1/640sec. – 1000ISO

la mariée vérifie son maquillage

14h 34min 04sec.

nikon D800e – 85mm 1.8 à 2.2 – 1/125sec. – 640 iso

 

Comment diable a t’il fait ? Dédoublement ? Ubiquité ? Non ! Deux photographes

 J’ai l’habitude de dire que le plus important dans l’attirail du photographe ce ne sont ni les appareils photos ni les objectifs ; ce sont les jambes ! La recherche d’un meilleur cadrage, d’un meilleur angle, voire tout simplement d’un meilleur sujet est la base de la photographie.

Si il existe des tas d’automatismes (trop?) pour simplifier les aspects techniques de la prise de vue, votre appareil photo ne pourra jamais décider à votre place de ce qui est le meilleur positionnement – à vous de vous en emparer !

Nota : l’utilisation de focales fixes peut sembler être, de prime abord, un facteur limitant. Il n’en est rien. Une focale fixe (contrairement à un zoom), oblige le photographe à se déplacer, à aller chercher le sujet ; et par là même, à chercher un angle de prise de vue. Plus votre focale sera courte (un grand angle de champs), plus vous serez contraints de vous déplacer, et plus vos images gagneront en impact.

En situation de reportage, il faut toutefois faire un choix sur le sujet même de votre image. Dans les mariages en particulier, l’action est multiple : les préparatifs côté mariée et côté marié, l’échange des alliances et le regard ému des témoins et parents, l’entrée dans l’église du marié et l’émotion de la mariée qui attend dehors… C’est pourquoi nous avons décidé de travailler à deux – pour couvrir un maximum d’aspects d’une journée si intense.

Dans l’exemple mis en avant ici, je réalise une photographie de l’allée centrale de l’église (vue classique mais toujours efficace…). Je choisi de poser l’appareil photo au sol de manière à montrer le graphisme intéressant du carrelage qui donne du dynamisme à une image statique. Je réalise toujours ce genre d’images à des moments « creux » de la cérémonie, en me baladant (discrètement bien sûr…) dans les allées et contre-allées de l’église.

Allée centrale de l'église lors d'un mariage

17h 18min 46sec.

Nikon D800e – 28mm 1.8 à 2.2 – 1/125sec. – 400ISO

Lorsque l’un de nous s’éloigne du chœur (de l’action…), l’autre fait attention à ne pas en être loin afin de pouvoir réagir vite si jamais il s’y passe quelque chose d’intéressant et/ou d’important. A ce moment là, au premier rang, sur le côté, un peu à l’écart, une jeune enfant s’endort – et le deuxième photographe est disponible pour photographier… Le cadrage de cette image répond en quelque sorte à celui de l’image de l’allée. Là, le premier plan s’habille des plis de la robe de la jeune fille et contribue à la douceur de l’image.

Petit fille dormant dans l'église

17h 17min 17sec. (si si !)

Canon EOS 5D MarkIII – sigma 35mm 1.4 à 1.4 – 1/1000sec. – 1250ISO

Il faut donc imaginer vos deux photographes, recherchant le premier plan en se baissant, et ce, au même moment

Les premiers plans contribuent souvent à rythmer une image dans sa profondeur. L’inclusion d’une amorce crée un cheminement pour le regard et construit ainsi une histoire.

Mais la multiplication des points de vue n’est pas le seul intérêt du travail à deux. Etre deux à couvrir le même événement accroît la créativité de chacun dans une saine émulation, cela libère le regard. Dans l’exemple suivant, au cour de la cérémonie, je me faufile tout près des mariés. Il est évident que de là où je suis (accroupi et coincé entre le premier rang d’invités et le marié) je ne peux saisir les expressions des mariés à moins que… Je peux me permettre de faire le pari d’attendre ici que quelque chose se passe parce que je sais qu’il y a « en couverture » un bon photographe qui assure. Celui-ci capte un moment intense dans les yeux des mariés, puis la mariée se retourne vers son mari et je peux capter ce regard chargé d’émotion, qui justifie pleinement ce positionnement « risqué ».

Les mariés émus et heureux lors d'une cérémonie laïque

Canon EOS 5D MarkIII- 85mm 1.8 à 1.8 – 1/80sec. – 3200ISO

regard de la mariée sur son époux

 Nikon D800e – 85mm 1.8 à 2 – 1/125sec. – 3600ISO

D’autres moments dédoublés :

L’entrée de la mariée dans l’église vue de dos & le marié attendant sa future épouse

Entrée de la mariée dans l'église Le marié, gendarme, attend son épouse dans l'église

 

Devant la mairie, en attendant les mariés & Les mariés descendant les escaliers

 Petite fille sortant en courant de la mairie lors d'un mariage

Les nouveaux époux quittent la mairie

 

L’échange des alliances & Les regards émus des témoins et amies

Echange des alliances Le regard émus des témoins lors d'un mariage

et enfin…

L’un des photographes est parti devant le cortège pour préparer l’arrivée des mariés sur le lieu de réception & l’autre photographe est embarqué avec les mariés !

13-10-05_mariage-edweri-17-46-52-NB

Et à très bientôt pour une nouvelle recette !




Facebook       Google+


Gardères & Dohmen sont classés 37ème International et 2ème France par L'International Society of Professional Wedding Photographers en 2017.
Gardères & Dohmen are in the ISPWP TOP 100 Wedding Photographers 2017


Regard d'Auteur SIGMA ISPWP Fearless WPJA
Mentions Légales